Mangodara[5535].JPG

La région de Mangodara, future base arrière pour des attaques djihadistes au nord de la Côte d’Ivoire ? -
[novembre 2021]

Dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 novembre 2021, le camp militaire de Tomikorosso en construction à Mangodara dans la région des Cascades a été vandalisé et saccagé par des hommes armés. La région a connu ses premières attaques par EEI les 2 et 11 octobre, tuant quatre membres des forces de sécurité.
Ces attaques ne sont que la partie émergée d’une progression avérée de groupes terroristes dji-

hadistes à l’extrême sud du Burkina Faso. Les indices en sont des actions ponctuelles contre la population civile (enlèvements, braquages, prêches dans les villages…) avec une réplique toute aussi ponctuelle des forces de sécurité, notamment le 19 avril dernier avec des frappes aériennes menées près de la frontière ivoirienne. Ces frappes ont été déclenchées quelques jours après la succession d’attaques dans le secteur de Kafolo s’étant déroulées du côté ivoirien de la frontière. Cette région semble connaître une accélération de la violence armée. Son contrôle par les djihadistes leur offrirait une base de repli adaptée pour conduire des attaques au nord de la Côte d’Ivoire. 
Le déplacement dans cette région ne doit être mené qu’avec un motif impérieux du fait de la présence avérée de cellules djihadistes. Il doit se faire en coordination avec les forces de sécurité locales et avec une escorte armée.